Zurück zur Startseite

Rassemblement contre la politique d’asile inhumaine de l’Italie

Uhrzeit

29.08.2018 um 17:30

Ort

Lausanne, Place de l'Europe, 1003 Lausanne, Schweiz

Link

[French below]

“177 Menschen von Matteo Salvini als Geiseln genommen”

Friedliche Versammlung

Mehrere Tage lang hat der italienische Vizepremier Matteo Salvini beschlossen, das Anlandkommen von 177 Flüchtlingen, die am 15. August von der italienischen Küstenwache auf See gerettet wurden, in Catania zu verbieten. Mit der Aussage, dass “Europa seinen Teil der Last der Migranten leistet”, zeigt es eine unendliche Verachtung für Männer und Frauen, die vor Elend und Tod fliehen.

Zustand der “Last”: Er nimmt sie als Geisel, um mit den EU-Mitgliedstaaten zu verhandeln. Diese Schande folgt einer Eskalation von einwanderungsfeindlichen Erklärungen und Operationen, die rassistische Angriffe in Italien selbst legitimieren und verharmlosen. In mindestens drei Fällen führten diese Angriffe zum Tod der Angegriffenen, deren einziger Fehler die Hautfarbe war. In Italien mobilisieren antirassistische und antifaschistische Kräfte und humanistische Teile der Gesellschaft gegen diese Missbräuche. Die Richter kündigen sogar ihre Absicht an, gegen Minister Salvini einen Prozess wegen Verletzung bestimmter Verfassungsbestimmungen einzuleiten, was auch Drohungen von einem Mitglied von La Lega mit sich gebracht hat, “Richter zu Hause zu holen”, die es wagen, Salvini anzugreifen.

Auch hier in der Schweiz verlangen wir, dass Menschen im Exil eine würdevolle und unmittelbare Aufnahme erfahren! Im weiteren Sinne ist es die gesamte Politik der “Festung Europa”, die von der EU praktiziert wird, die für die Fallstricke, das Elend und den Tod, die auf dem gesamten Migrationskurs dieser und jener sät, verurteilt werden muss.

Mobilisieren wir gegen die unmenschliche Politik Italiens, der Schweiz und der EU!


“177 êtres humains pris en otage par Matteo Salvini”

Rassemblement pacifique:
L’ITALIE ANÉANTIT LE DROIT D’ASILE, LA SUISSE ET L’UE FERMENT LES YEUX

Depuis plusieurs jours, le vice premier ministre italien Matteo Salvini a décidé d’interdire le débarquement à Catane de quelques 177 réfugié·e·s sauvés en mer le 15 août dernier par les Garde-côtes italien·ne·s.

Exigeant que « l’Europe fasse sa part avec le fardeau des migrants », il ne fait pas seulement preuve d’un mépris sans limites à l’égard d’hommes et de femmes qui fuient la misère et la mort en les réduisant à l’état de « fardeau » : il les prend en otage pour pouvoir négocier avec les pays membres de l’UE.

Cette ignominie fait suite à une escalade de déclarations et opérations anti-immigré·e·s qui ont légitimé et banalisé des agressions racistes en Italie même. Dans au moins trois cas, ces agressions se sont soldées par la mort des agressés dont la seule faute était la couleur de leur peau.

En Italie, les forces antiracistes et antifascistes et des secteurs humanistes de la société se mobilisent contre ces dérives. Des magistrats annoncent même leur intention d’ouvrir une procédure contre le ministre Salvini pour violation de certaines dispositions constitutionnelles, ce qui a par ailleurs suscité des menaces de la part d’un député de La Lega « d’aller chercher les juges chez eux s’ils osent s’en prendre à Salvini ».

C’est particulièrement grave. C’est pourquoi il est indispensable que, à l’extérieur de l’Italie aussi, antiracistes et antifascistes, défenseur·e·s des droits humains et du droit d’asile se rassemblent devant les consulats d’Italie pour manifester contre la politique inhumaine du gouvernement italien et de son ministre de l’intérieur Matteo Salvini.

Ici, en Suisse, nous nous mobilisons aussi pour dénoncer la responsabilité des autorités fédérales et cantonales qui s’asseyent sur leurs engagements en terme d’accueil des réfugié·e·s, qui n’ont eu de cesse de durcir le droit d’asile et se font les exécuteurs zélés des Accords de Dublin en renvoyant des centaines de requérants, majoritairement vers l’Italie. Ici aussi, nous exigeons un accueil digne et immédiat des personnes en exil !

Plus largement, c’est toute la politique « d’Europe forteresse » pratiquée par l’UE qu’il faut dénoncer, pour les embûches, la misère et la mort qu’elle sème sur l’ensemble du parcours migratoire de celles et ceux qui ne cherchent qu’à fuir la guerre et/ou la misère.

Mobilisons-nous pour dénoncer les politiques inhumaines de l’Italie, de la Suisse et de l’UE !

Mercredi 29 août · 17h30 à la Place de l’Europe · 1003 Lausanne

–> Pour soutenir ce rassemblement et figurer sur l’événement Facebook, écrivez à vaud@solidarites.ch