Ankommen statt Abschieben!

Time

19.01.2019 at 14:00

Location

Lebach, Bitscher Platz, Lebach, Germany

Link

Link zum Event


The „Seebrücke Saar“ is an initiative which consists of different political groups, which are united by the call for safe harbors and solidary cities for refugees. In times where sea rescue is criminalized, we support orginizations that are trying to end the dying in the Mediterranean Sea. Organizations like that are a necessity as long as there are no practical or legal escape routes to Europe for people, regardless of their resources. We want the freedom of migration and the right to abode for everyone who seeks protection.

Besides safe escape routes we want to fight for solidary cities, that will welcome and accept refugees unconditionally and make their full inclusion into the already existing society possible. Refugees should receive living space within the city. That goes along with asking the social question concerning the living space within cities and to stand up to the displacement of workers, benefit recipients, single parents and other precarious living groups.

The current isolationist policy establishes a system of deterrence and violence. Because of that people who are fleeing become the play ball of authoritarian regimes, militaries, the different interests of refugee agencies and Frontex. It seems like fleeing is supposed stay dangerous and life threatening.

The compound Lebach includes the authoritarian access of the state on people, that robs the refugees living there of any self-determination and autonomy. This starts with awarding of contributions instead of financial means as well as the missing privacy. The accommodation of refugees in one place forces them to become a community, which results into the development of hierarchies. This encourages violent behavior and different forms of discrimination, things that especially women and people who are homesexual or transsexual fled from in the first place. Furthermore, the compound Lebach is already preventing refugees to participate in our society and everyday life. The goal of this treatment is to demoralize the people that came here looking for help.

It goes without saying for us that we reject the accommodation of people in form of the „AnkER Zentrum“ in Lebach. „AnkER Zentrum“ stands for „Zentrum für Ankunft, Entscheidung und Rückführung“. This translates into „Centre for arrival, decision and the return of refugees. The name gives away that the focus of this compund is on deporting refugees to third countries or their alleged home country.

We refuse to leave these people in such an isolated environment, that is formed by the European governemnt to increase the fear of the unknown, no matter how it gets justified.

That is why we want to turn our protest against the compound Lebach and demonstrate for:
safe escape routes and safe harbors
solidary cities for everyone who seeks protection
migrants to have the opportunity to particapate in our everyday life

In addition, we ask everyone to reject the compound Lebach, racism and the policy of fear!


La „Seebrücke Saar“ est une initiative formée de différents groupes politiques, unis par la revendication de ports sûrs et de cités solidaires avec des réfugiés. Dans une période de leur criminalisation, nous soutenons les organisations civiles de sauvetage en détresse, qui tentent de mettre fin à la souffrance dans la Méditerranée. Celles-ci sont nécessaires, tant qu’il n’existe pas d‘ itinéraire de fuite practicable et légal, indépendant de la richesse de l’individu. Nous réclamons la liberté de migration et le droit de rester pour chaque personne en quête de protection: peux importe si elle fuit de pauvreté, de guerre ou de repression.
À part d’itinéraires sûrs, nous voulons mettre en place des cités solidaires, qui accueillent des migrants et migrantes et favorisent une inclusion dans la société présente. Refugiés doivent recevoir des logements décentralisés a proximité du centre-ville. Ceci nécessite alors que l’on se pose la question sociale du logement et qu’on s’oppose au délogement de travailleurs, bénéficiaires de prestations, pères/ mères célibataires et d’autres groupes précaires.

La politique européenne d’isolement actuelle établit un système de découragement et de violence. Les individus sont donc livrés aux régimes autoritaires, aux paramilitaires, aux différents intérêts des organisations de sauvetage et à Frontex. La fuite est censée de rester dangereuse ou même mortelle!

Le camp à Lebach approuve une intervention autoritaire de l’état dans la vie de l’individu: le quotidien imposée prend toute possibilité des réfugiés de vivre de façon autodéterminée. Ceci commence lors de la distribution de prestations en nature (choses) au lieux d’argent et se manifeste dans le manque de sphère privée de chacun. Le logement centralisé de réfugiés les oblige de vivre dans des communautés forcés, ce qui peut emporter la création de hierarchies. Comme cela, des rapports de violence et diverses formes de discriminations, dont certains, surtout des femmes, des homo- ou transsexuels, viennent juste de fuir, se prolongent et sont toujours possible. Déjà aujourd’hui, le camp Lebach empêche en grande partie la participation de réfugiés à la société publique. Tout cela a pour but de démoraliser systématiquement les demandeurs de protection, les réfugiés.

Pour nous, il est évident de refuser un logement de réfugies sous forme du nouveau AnkER-Zentrum (le therme pour cette nouvelle sorte de camp). „AnkER-Zentrum“ se traduit par en Ankunft (=arrivée), Entscheidung (=décision) et Rückführung (=retour). Déjà son nom démasque l’intention du camp de caserner ses habitants et de tenter de les expulser soit dans leur pays d’origine, ou bien dans des états tiers.
Nous nous opposons à une société isolée, crée par le gouvernement grâce à un Europe avec des frontières fortifiés et en attisant la peur du peuple, peu un porte si cela est justifié par du nationalisme ou du chauvinisme petit-bourgeois.

C’est pourquoi notre protêt se porte directement contre le camp Lebach, nous allons protester le 19 janvier à 14 heures. Bitcher Platz, Lebach.

pour des itinéraires et des ports sûrs
pour la création de villes et cités solidaires avec des réfugiés
pour la participation de réfugiés dans la vie publique

De plus nous invitons chacun et chacune de s’opposer au camp de Lebach, au racisme et à la politique de la peur de façon solidaire.